Génialement Durable et Incroyablement Rentable : l’histoire vraie de Ray Anderson

Réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 82% et doubler ses profits dans le même temps, c’est possible. Donner réalité au motto anglo-saxon « Doing well by doing good », c’est possible. L’histoire savoureuse de Ray Anderson et de son entreprise Interface, Inc. le prouve. Après vingt ans de production de moquettes de façon traditionnelle, Ray Anderson découvre le livre de Paul Hawken, « The Ecology of Commerce ». Nous sommes en 1994, c’est la révélation pour l’industriel qui ré-imagine alors son business model et challenge ses salariés en fixant l’objectif Zero Impact Environnemental d’ici 2020. La ligne directrice est aussi simple qu’ambitieuse :

« Take nothing – Do no harm »

15 ans plus tard, Ray Anderson partage son histoire à la tribune Ted Ex. Naviguant d’équations en poésies, de résultats financiers en réflexions philosophiques, Ray recense les succès tangibles de sa Mission Zero. Il explique que les entreprises et l’industrie ne sont pas seulement le problème mais également la solution au déclin de la biosphère et dissipe avec brio le mythe d’un dilemme entre l’environnement et l’économie. Aujourd’hui encore, Interface, Inc. est leader sur son marché et bénéficie de la bienveillance tant de ses salariés que du marché.

Rien ne garantissait dans les années 90 le succès du projet durable et rentable de Ray Anderson. Et pourtant. Malgré l’absence de précédents, le manque d’éducation du marché et de technologies disponibles, ce vrai leader a bel et bien réussi à bâtir un business model exemplaire. Son parcours nous permet d’affirmer que le développement durable est possible pour toutes les entreprises.

« If we, a petro-intensive company can do it, anybody can »

Alors en pratique, comment faire pour que le prototype conçu par Ray Anderson devienne la norme, notre norme business?

Avant toute chose, lire d’urgence « Business Lessons from a Radical Industrialist », par Ray Anderson lui-même. De la mobilisation de la créativité de ses employés à l’argumentaire chiffré présenté aux financiers de Wall Street ébahis, l’industriel nous invite dans les coulisses de Mission Zero. Anecdote après anecdote, il détaille les stratégies qui ont permis de contourner les obstacles réels pour atteindre ses objectifs durables. Ce livre est à la fois un guide pratique bourré de conseils pour tous ceux qui veulent ancrer le développement durable dans leur propre entreprise et le récit d’une épopée business qui titille aussi bien notre intelligence que notre conscience puisqu’aujourd’hui encore, concernant notre planète :

« We have a choice to make : to hurt it or to help it »

Le conseil Pamplemousse : une entreprise ne doit pas s’attaquer à tous les pans du développement durable à la fois mais agir là où les résultats seront les plus significatifs, à la fois environnementalement, socialement et économiquement. Comme le démontrent Michael Porter et Mark Kramer dans « Strategy and Society : The Link Between Competitive Advantage and Corporate Social Responsibility », pour être efficace, l’action durable doit être ancrée au coeur de l’activité de l’entreprise et en adéquation avec ses objectifs stratégiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *